Vous êtes ici

Comment isoler une maison ?

Isoler une maison assure le confort de ses occupants et réduit la dépense énergétique. Les maisons neuves, soumises à des normes contraignantes, sont conçues pour être bien isolées. Les logements anciens en revanche, nécessitent souvent de travaux de rénovation thermique et phonique.

 

Demandez votre devis de matériaux ici

 

Pourquoi bien isoler une maison ou un appartement

Les maisons, au même titre que les appartements, ont des déperditions thermiques lorsqu’elles sont mal isolées. Pour réaliser une bonne isolation thermo-acoustique, il faut s’attaquer à tous les éléments du bâti présentant des défauts d’isolation.

Idéalement, vous pouvez faire appel à un professionnel agréé pour l’établissement d’un bilan thermique et/ou acoustique complet. Le but est de déterminer quels sont les éléments à isoler en priorité et de mettre en place un plan d’action.

Les travaux d’isolation thermo-acoustique sont cruciaux pour réaliser des économies d’énergie. Il en va de même pour le confort des occupants de la maison ou de l’appartement.

Bien isoler une maison : quelles sont les actions à entreprendre

Nous allons voir, à continuation, un plan d’action en fonction des priorités à traiter dans une maison mal isolée. Bien évidemment, vous devez l’adapter en fonction des éléments concernés. Si votre toiture et vos murs sont bien isolés, passez à la priorité suivante et ainsi de suite.

Action n° 1 : isoler le toit, la première des priorités

 

Le toit est la priorité numéro un de toute maison en termes d’isolation. Une toiture mal isolée représente entre 25 et 30 % de déperditions thermiques. L’isolation de la toiture se fait par l’intérieur ou par l’extérieur.

L’isolation du toit par l’intérieur (ITI)

Selon la configuration du bâti de votre maison, vous pouvez isoler des combles aménagés, des combles aménageables ou des combles perdus. L’avantage de ces techniques est qu’elles sont simples à réaliser et peu coûteuses. L’inconvénient : des travaux à l’intérieur du logement avec le bouleversement du quotidien des occupants.

Techniques les plus courantes

L'isolation par insufflation, soufflage ou flocage sont les techniques souvent choisies pour isoler des combles perdus difficiles d’accès. Leur mise en œuvre implique l’utilisation d’un outillage spécifique.

L'isolation sur ossature métallique est une technique largement utilisée. La pose sur ossature métallique est assez facile à mettre en œuvre. Elle concerne les combles aménagés et aménageables et peut être à simple couche ou double couche d’isolant.

L’isolation de la toiture par l’extérieur

En rénovation, l’isolation de la toiture par l’extérieur entraîne des travaux conséquents. Pour cette raison, isolation et renouvellement de la toiture sont deux opérations qu’il convient de réaliser en même temps.

L’avantage principal est qu’elle n’affecte pas la vie à l’intérieur du logement. L’inconvénient est son coût élevé. De même, la charpente doit être capable de supporter une charge importante, d’où la nécessité d’une étude préalable.

Techniques d’isolation d’une toiture par l’extérieur

La technique dite de sarking

L’isolation par sarking consiste à poser en quelque sorte une deuxième toiture sur celle déjà en place. Elle s’applique aux toitures en pente. Des panneaux rigides, un écran de sous-toiture HPV, un lattage et contre lattage sont alors installés sur les chevrons en place, suivis de la couverture.

La technique des caissons chevronnés

La méthode des caissons chevronnés implique, comme son nom l’indique, la pose de chevrons pré assemblés. Ces assemblages de matériaux comportent le parement, les chevrons, l’isolant et les liteaux. Une fois posés sur les pannes, il faut fixer les contre-liteaux puis la couverture.

La pose de panneaux sandwich

Appelé aussi bardage double peau, les panneaux sandwich sont de plus en plus utilisés. Les panneaux sont formés par un isolant (l’âme isolante) pris en sandwich (d’où leur nom) entre un parement intérieur et un revêtement extérieur. Ils se fixent directement sur la charpente.

Action n°2 : l’isolation des murs, responsables de jusqu’à 25 % de déperditions thermiques

Les murs sont le deuxième poste de déperditions énergétiques, avec des pertes allant de 20 à 25 %. A l’instar de la toiture, l’isolation des murs se fait par l’intérieur ou par l’extérieur. Elle implique la mise en œuvre d’un doublage ou d’une réfaction de la façade.

L’isolation des murs par l’intérieur

Plus simple à mettre en œuvre, l’isolation des murs par l’intérieur est aussi la moins onéreuse. Côté inconvénients, elle réduit la surface habitable de la pièce. Elle empiète aussi sur le quotidien des occupants pendant les travaux.

Pour isoler les murs par l’intérieur, il existe deux principales techniques :

La fixation de panneaux rigides ou semi-rigides directement sur le mur est la méthode la plus simple. Cependant, ces performances sont limitées, principalement en termes d’isolation phonique. La pose par contre-cloison sur ossature en bois ou métallique est la deuxième option.

Bien que plus laborieuse à mettre en œuvre, la pose sur ossature est aussi plus efficace. Une ossature métallique est à privilégier pour améliorer d’isolation phonique.

A noter que l’ossature métallique a de meilleures performances acoustiques.

L’isolation des murs par l’extérieur

L’isolation par l’extérieur (ITE) est l’idéal en matière d’isolation des murs. Cependant, sa réalisation est bien plus technique. Plus chère, elle implique aussi la rénovation de la façade.

En outre, celle-ci doit être soumise à une déclaration de travaux ou à un permis de construire. Dans tous les cas, renseignez-vous préalablement auprès de votre mairie.

L’avantage principal de l’ITE est la suppression des ponts thermiques. Un autre atout et pas des moindres est la préservation de l’espace privatif du foyer.   

Action n° 3 : isoler fenêtres et ponts thermiques, responsables de jusqu’à un tiers des pertes thermiques

Les fenêtres et les ponts thermiques représentent, ensemble, jusqu’à 35 % de perte énergétique de l’habitation ! Plusieurs solutions existent :

  • Remplacer les fenêtres simple vitrage par des double vitrage.
  • Calfeutrer les fenêtres et les portes aussi, en cas de présence de ponts thermiques.
  • Combler interstices, trous et fissures diverses avec du mastic silicone ou de la mousse expansive. Ces défauts sont souvent présents dans des gaines, contours de fenêtres ou portes, cloisons, etc.
  • Traiter les problèmes d’humidité et de condensation, responsables de fortes pertes de chaleur.
  • Traiter les liaisons murs/planchers ou murs/toitures par une isolation avec retour d’isolant.

Action n° 4 : l’isolation des conduites de cheminée et la réfaction de la VMC

Vérifiez le fonctionnement de votre VMC. Elle peut engendrer de fortes pertes d’énergie si défaillante. En cas d’anomalie, réparez-la ou remplacez-la. Si c’est le cas, optez pour une VMC double flux, un dispositif plus performant.

Les gaines de cheminée doivent faire l’objet d’un renforcement de l’isolation. Cela peut passer par l’étanchéification au niveau de la toiture sur ce point singulier. Côté intérieur, vérifiez la sortie de la conduite, appliquez une mousse polyuréthane ignifuge.

Action n° 5 : isoler le sol et éviter jusqu’à 7 % de pertes thermiques

Le sol est un élément du bâtiment souvent négligé. Pourtant, il est souvent responsable d’importantes déperditions de chaleur. Pour isoler un plancher plusieurs solutions existent.

Pour l’essentiel elles peuvent se résumer en deux techniques :

L’isolation du plancher par le bas

C’est la technique à privilégier en rénovation. Cependant pour la réaliser, il faut qu’il y ait un espace sous le plancher. Il peut s’agir d’un sous-sol, d’une cave ou d’un garage.

Parfois même un vide sanitaire, encore faut-il qu’il soit accessible. L’isolation par le bas implique l’isolation du plafond du sous-sol ou de la pièce situé en dessous.

Elle peut se faire par collage de panneaux isolants ou par la pose d'un faux plafond sur ossature (plus laborieuse à réaliser mais plus efficace).

L’isolation du sol par le haut

L’isolation par le haut, en rénovation est synonyme de réfaction complète du sol. Après suppression du sol existant un isolant est mis en place. Il est recouvert d’une chape et d’un revêtement décoratif.

Ces travaux étant d’envergure, avant de les entamer, il convient d’envisager la réalisation d’un plancher chauffant. Ainsi, l’investissement peut être rentabilisé.

 

Demandez votre devis de matériaux ici

 

Vous souhaitez faire d’autres travaux d’isolation ? Découvrez nos autres guides dédiés. Vous y trouverez de précieux conseils.

Comment choisir de la laine de verre

Isolation d'une toiture

Isolation des murs et des cloisons

Isolation des combles perdus

Les isolants naturels

Quels isolants choisir pour la maison

Tout savoir sur l'isolation phonique

Tout savoir sur l'isolation thermique

Comment poser un pare-vapeur