Vous êtes ici

Comment supprimer un pont thermique ?

Nombreuses sont les sources de déperdition thermique dans une maison. Les ponts thermiques en font partie. Ils se trouvent souvent dans les liaisons des éléments de construction, mais pas seulement. Nous verrons dans ce guide où trouver et comment supprimer un pont thermique.

 

Demandez votre devis de matériaux ici

 

Qu’est-ce qu’un pont thermique et pourquoi faut-il le traiter ?

 

Définition et caractéristiques d’un pont thermique

Un pont thermique est une faille dans l’isolation thermique d’un bâtiment. Cela est produit par un défaut ou l’absence de matériau isolant à un emplacement précis.

On le trouve souvent dans la jonction entre deux structures distinctes du bâti, un encadrement de porte et le mur par exemple.

Cette rupture d’isolation constitue donc un « pont » entre l’extérieur et l’intérieur du bâtiment. L’air emprunte ce passage et occasionne des déperditions thermiques.

Ce phénomène est connu sous le nom de transfert thermique. Il provoque une perte de chaleur en hiver et une augmentation de la température en été.

Les trois types de ponts thermiques

Selon l'emplacement où ils se trouvent et leurs caractéristiques, les ponts thermiques peuvent être de trois types :

  • Linéaires. On les retrouve dans les liaisons entre deux éléments structurels : mur/plancher, balcon/mur, mur extérieur/refend, etc.
  • Ponctuels. Il se situent dans la jonction entre trois éléments du bâti : deux murs et le plafond par exemple.
  • Structurels. Ils sont le résultat d'une mauvaise réalisation des travaux d'isolation.

Quelles sont les conséquences d’un pont thermique ?

Les conséquences d'un pont thermique sont nombreuses :

  • l'apparition des problèmes de condensation ;

  • le développement de moisissures ;

  • une baisse de la température en hiver ;

  • une hausse de la température en été ;

  • une augmentation de la dépense énergétique due à :

    • une surconsommation du chauffage en hiver,

    • une surconsommation de la climatisation en été.

Un logement mal isolé est froid en hiver et chaud en été. C'est une source d'inconfort pour les occupants, surtout pour les enfants et les personnes âgées.

A noter que les ponts thermiques sont encore plus énergivores pour une maison normée RT 2012. De par son isolation renforcée, les effets de cette rupture de l'isolation sont amplifiés.

Pour éviter tous ces problèmes, il est indispensable de traiter les ponts thermiques du logement. Il faut les isoler et améliorer l'isolation thermique dans son ensemble. Le résultat est un meilleur confort et une facture d’électricité moins chère.

Les déperditions thermiques dans le bâtiment

Comme évoqué plus haut, les ponts thermiques génèrent des déperditions d’énergie. Néanmoins, il existe d'autres sources de perte thermique dans une maison.



Elément mal isolé

Taux de déperdition thermique

Toiture

Entre 25 et 30 %

Murs

Entre 20 et 25 %

Ouvertures (portes et fenêtres)

Entre 10 et 15 %

Ponts thermiques

Entre 5 et 10 %

Plancher

Entre 7 et 10%

 

Que dit la réglementation en matière d’isolation thermique ?

La réglementation thermique (RT 2012) ou la RT 2020 à venir, préconisent le traitement de ponts thermiques.

La RT 2012 impose un coefficient de perte énergétique par les ponts froids inférieur à 0,28 W/ (m².K) dans l’étude thermique

Elle impose aussi un coefficient de transmission linéique moyen des liaisons à ne pas dépasser. Il doit être inférieur ou égal à 0,6 W/(m.K.) entre les planchers intermédiaires et les murs donnant sur l'extérieur ou un local non chauffé.

Pour les logements anciens, hormis les extensions de 100 m² et plus, il n’y a pas de contrainte particulière. Cependant, il existe des aides pour améliorer l’isolation. Elles prennent la forme de financements publics et de crédits d’impôt.

Comment traiter les ponts thermiques ?

La meilleure façon de traiter un pont thermique est la prévention. Il y a des solutions en isolation intérieure et extérieure. Si le pont thermique existe déjà, il faut procéder à sa détection.

Trouver un pont thermique en 3 étapes

Pour constater et déterminer l'emplacement des ponts thermiques, voici les trois étapes à suivre :

  1. Réaliser un contrôle visuel. Les ponts thermiques génèrent parfois des phénomènes de condensation. Des moisissures se développent sur les parois affectées.

  2. Repérer la présence de courants d’air, les suivre jusqu'à visualiser leur provenance.

  3. Utiliser une caméra thermique, sachant qu’il est possible d’en louer une.

A noter que, si les défauts sont importants, il est judicieux de faire appel à un professionnel agréé. Il vous proposera un diagnostic thermique complet du logement et les solutions à envisager. 

Les ponts thermiques à traitement simple

Certains ponts thermiques sont courants et simples à traiter. Voici quelques exemples concrets et les correctifs à apporter :

Pont thermique constaté

Traitement à réaliser

Fissure entre l’encadrement d’une fenêtre ou d’une porte et le mur

Appliquer de la mousse expansive (retirer les excès lors du séchage)

Contour de portes ou fenêtres

Calfeutrer le contour de l’encadrement avec une bande adhésive isolante

Dessous d’une porte d’entrée

Poser un bas de porte ou une bande d’étanchéité

 

 

Quelles solutions d’isolation par l’intérieur ?

Jonctions charpente / murs

Les liaisons charpente/mur, doivent idéalement être traitées en prévention. En rénovation, le traitement dépend de l’étendue du pont thermique.

  • Isoler avec des rouleaux ou des panneaux semi-rigides. La pose est à réaliser en fonction de l'espace disponible et le type de charpente.

  • Doubler l'isolation avec une seconde couche croisée de matériau isolant.

  • Isoler par insufflation d'un matériau isolant en vrac.

  • Dans tous les cas, poser un pare-vapeur sur l'isolation. Des retours de 15 cm sont à prévoir sur le plancher.

  • Veiller à l'étanchéité du pare-vapeur : utiliser des bandes adhésives d'étanchéité, des mastics d'étanchéité, etc.

Le matériau isolant à utiliser doit présenter un indice de résistance thermique élevé, comme par exemple :

Concernant les refends (murs porteurs à l'intérieur de la maison), trois solutions existent :

  • Poser des panneaux rigides en polystyrène extrudé ou tout autre matériau isolant.

  • Faire des retours de matériau isolant sur 60 cm de part et d’autre des refends.

  • Isoler le pourtour des huisseries (fenêtres, portes ou baies vitrées).

Liaison planchers/murs

En rénovation, il convient de renforcer l'isolation et traiter les jonctions avec les murs.

  • Réaliser une chape flottante (mortier ciment) sur le sol.

  • Poser un film pare-vapeur, remontant de 15 cm sur les bords.

  • Poser un isolant thermique avant d'installer le revêtement de sol.

En construction neuve, il y a deux principales techniques :

  • Poser des rupteurs de ponts thermiques.
  • Réaliser un plancher à poutrelles et hourdis prêts à l'emploi. 

Quelles solutions d’isolation par l’extérieur ?  

En rénovation, l'isolation thermique par l'extérieur (ITE) ne perturbe pas le quotidien des occupants du bâtiment. Cependant, ces travaux exigent un haut niveau de compétences techniques.

Il est donc préférable de faire appel à un artisan agréé RGE (reconnu garant de l'environnement).

Isolation extérieure des murs

Elle consiste en la pose de matériaux de construction isolants (béton cellulaire, brique monomur, liège, mousse de verre). Lors de sa réalisation, il faut prévoir une profondeur au sol équivalente à deux fois la largeur du mur.

Pour les liaisons sur vide sanitaire, prévoir une profondeur de 60 cm sous plancher.

Liaisons murs/toiture

Appelé aussi sarking, l’isolation de la toiture par l’extérieur n'affecte pas le volume intérieur. Cependant, il s’agit de travaux d’envergure nécessitant une étude préalable.

En effet, comme le poids sur la charpente à isoler est important, il faut s'assurer qu'elle peut le supporter. Vérifier la présence d'un écran de sous-toiture et d'une lame d'air.

Les points singuliers à traiter

  • Isoler le caisson de sous-toiture en laissant un retour d'isolant sur les murs pignons à hauteur des combles.

  • Poser une coquille isolante ignifuge entre la toiture et la cheminée.

  • Un soin particulier doit être porté sur les huisseries en applique. L'isolant doit recouvrir les dormants des menuiseries sous le parement.

  • Installer des boîtes d’encastrement isolantes sur les points de raccordement du réseau électrique.

 

 

Vous souhaitez réaliser d'autres travaux d'isolation ? Découvrez nos guides SAMSE dédiés. Ils sont là pour vous aider à concrétiser vos projets d'isolation des différentes parties de votre maison.