Centre de Relation Clients : Contact
Allez au contenu
Devis Choisir mon agence
Accès client

Quels isolants pour une isolation thermique par l'extérieur ?

Quels isolants pour une isolation thermique par l'extérieur ?

L’isolation par l’extérieur (ITE) permet de conserver la surface intérieure tout en rénovant la façade. Mais entre polystyrène, fibre de bois, ouate de cellulose, laine minérale, liège ou encore mousse résolique, quel isolant choisir ? Dans ce guide, découvrez les principaux isolants ITE et leurs caractéristiques.

Demandez votre devis de matériaux ici

Principaux matériaux pour une isolation par l’extérieur

Comme pour une isolation par l’intérieur, les matériaux pour isoler par l’extérieur sont nombreux. Ils appartiennent à trois catégories selon leur origine :

  • les isolants d’origine végétale : liège, ouate de cellulose, fibre de bois. 
  • les isolants d’origine minérale : laine de roche, laine de verre.
  • les isolants d’origine synthétique : polystyrène, mousse résolique.

Le liège, un matériau isolant naturel et performant

Si vous cherchez un isolant disposant d’une forte résistance et d’une faible conductivité thermique, optez pour le liège. Généralement utilisé sous forme de panneaux, cet isolant a la particularité d’offrir des performances élevées. Et ce, dans tous les aspects qualitatifs des isolants : isolation thermique, isolation phonique, déphasage thermique, préservation de l’environnement.

De plus, il est ignifuge (non combustible), ne dégage pas de fumées en cas d’incendie, en même temps qu’il présente une excellente résistance à l’humidité. L’inconvénient du liège est son prix élevé, bien qu’il soit largement compensé par l’ensemble de ses qualités.

La ouate de cellulose, pour un excellent déphasage thermique

La ouate de cellulose est un isolant offrant de nombreux avantages qui méritent d’être connus. A commencer par sa recyclabilité. La ouate de cellulose est en effet recyclable et elle-même issue du recyclage. Elle est fabriquée avec les fibres de cellulose extraites du papier journal recyclé. On peut dire que les journaux entament une seconde vie, sous forme d’ouate de cellulose.

De plus, elle favorise une économie circulaire, plus proche du consommateur et des professionnels. Cela implique une forte réduction des émissions, avec une empreinte carbone négative. Côté technique, la ouate de cellulose a des performances comparables à celles des laines minérales, le fort déphasage thermique en plus. Ce qui fait que la ouate de cellulose est un excellent isolant pour atténuer l’effet des fortes chaleurs en été.

La fibre de bois, un isolant écologique à forte inertie

La fibre de bois est un matériau apprécié dans le bâtiment par sa fiabilité et son efficacité. Elle se présente sous forme de panneaux rigides et semi-rigides. Elle offre en effet d’excellentes performances d’isolation thermique pendant l’hiver.

Un autre atout de taille : son inertie thermique. En effet, comme la ouate de cellulose, cette inertie est à l’origine d’un fort déphasage thermique. Cela se traduit par un excellent confort en été. Sans oublier que le bois est un matériau naturel et recyclable.

La laine de verre, un grand classique parmi les isolants

Parmi les isolants d’origine minérale, la laine de verre fait partie des isolants thermiques les plus répandus en France. La raison ? Il faut en réalité parler des raisons, car il y a en effet plusieurs. A commencer par un bon rapport qualité/prix. D’une part, ses performances sont reconnues par les professionnels du bâtiment. D’autre part, son coût est abordable.

La laine de verre est déclinée sous forme de rouleaux ou de panneaux semi-rigides. Les deux présentations sont adaptées pour une ITE. Cependant, de par leur semi rigidité, les panneaux sont plus pratiques à poser.

La laine de roche, associer résistance thermique et acoustique

La laine de roche partage l’ensemble des qualités de la laine de verre. Cependant, son prix est légèrement supérieur à celle-ci. Côté performances, elles sont globalement équivalentes. A ceci près : la résistance thermique est légèrement moins élevée que celle de la laine de verre.

En revanche, et c’est souvent pour cette raison qu’elle est préférée à la laine de verre, la laine de roche est un bon isolant phonique. De ce côté-là, elle a une plus grande efficacité que la laine de verre. Elle est présentée sous forme de panneaux semi-rigides et de rouleaux.

Le polystyrène, un isolant synthétique économique et efficace

Parmi les matériaux isolants disponibles pour une isolation thermique par l’extérieur, le polystyrène est sans doute l’un de plus largement utilisés. Normal, si l’on tient compte de son faible coefficient de conductivité et de sa forte résistance thermique.

Mais ce n’est pas tout, le polystyrène affiche un prix très abordable. Cet isolant synthétique permet d’isoler à moindre coût. Côté inconvénients, il n’isole pas du bruit, il est inflammable et émet des fumées toxiques en cas d’incendie. Peu recyclable, sa fabrication est énergivore.

La mousse résolique, un isolant ignifuge et performant

La mousse résolique a plusieurs atouts. Bien que d’origine synthétique, comme le polystyrène, la mousse résolique est ignifuge. Cela signifie qu’elle ne produit pas de flammes en cas d’incendie. De plus, elle ne dégage pas de fumées toxiques. Comme le polystyrène, elle se présente sous forme de panneaux.

Ses performances thermiques sont élevées. Ceci permet de réduire l’épaisseur de la couche d’isolant, ce qui représente un atout majeur. Vous pouvez obtenir les mêmes performances qu’avec le polystyrène à moindre épaisseur. Cependant, elle est plus chère à l’achat.

Critères à prendre en compte lors de la sélection d’un isolant thermique

Les isolants thermiques se choisissent selon des critères techniques et esthétiques. A commencer par la question de l’épaisseur de l’isolant, surtout lorsqu’on souhaite éviter de renfermer les ouvertures du bâti.

Dans le cas d’ouvertures conformes aux critères thermiques actuels, cela pose moins de problèmes. En effet, celles-ci sont de majeure dimension et donc compatibles avec un isolant épais.

Inversement, pour une construction aux ouvertures de petite taille, mieux vaut éviter de créer un effet « meurtrière ». Cela se traduit par une perte de luminosité à l’intérieur de l’habitation.

Outre l’épaisseur de l’isolant, et en rapport avec celle-ci, voici les principaux critères de sélection d’un isolant thermique pour une ITE :

  • Coefficient de conductivité (lambda) : plus ce coefficient est bas, plus l’isolant est efficace.
  • Indice de résistance thermique : inversement, plus cet indice est élevé, plus l’isolant est performant.
  • Résistance au feu : les isolants ignifuges présentent un atout sécurité car non combustibles.
  • Indice d’affaiblissement acoustique : un isolant thermique à l’indice d’affaiblissement acoustique élevé offre un avantage supplémentaire.

Demandez votre devis de matériaux ici

Vous envisagez de faire des travaux d'isolation ? N'hésitez pas à consulter nos guides dédiés. Vous y trouverez des informations et des conseils d'experts pour réussir vos projets.

Consulter nos guides

80 000 produits
80 000 produits

Pour tous vos projets : des petits travaux aux gros chantiers

Retrait en agence
Retrait en agence

Achetez en ligne, retirez votre commande en agence

Livraison
Livraison

Faites-vous livrer sur votre chantier ou chez vous

Centre de relation client
Centre de relation client

Une question, un devis ?
Contactez-nous