Vous êtes ici

Comment choisir son chauffage d'atelier ?

Publié le 24/10/2020 - Mis à jour le 08/12/2020

Chauffer un atelier ou un chantier pendant les périodes froides est primordial. Grâce à un générateur d’air chaud, il est possible de travailler dans de bonnes conditions. Ces dispositifs chauffants sont utilisés en tant que source de chaleur principale ou d’appoint. Pour bien choisir son chauffage d’atelier, voici nos conseils.

 

Demandez votre devis de matériaux ici

 

Pourquoi s’équiper d’un chauffage d’atelier ou de chantier

Certains ateliers professionnels ou particuliers sont dépourvus de chauffage. D’autres disposent d’un ou plusieurs radiateurs, sans que cela soit suffisant.

Dans les deux cas, les chauffages d’atelier sont nécessaires pour pallier à ce déficit de chaleur. Il est en effet indispensable de travailler avec un bon niveau de confort thermique.

Qu’est-ce qu’un chauffage de chantier

Le chauffage de chantier ou d’atelier est un dispositif de chauffage mobile. Il sert comme source de chaleur d’appoint ou principale. Il se présente sous plusieurs formes. Il peut être cylindrique lorsqu’il génère un courant d’air chaud.

Il peut également être doté d’un châssis et de pieds pour être posé. D’autres encore se fixent sur une bouteille de gaz, comme pour les braséros ou encore les panneaux radiants. Ils peuvent être électriques, au gaz ou bien au fuel.

Quels critères pour choisir pour un chauffage de chantier

Les chauffages de chantier se choisissent en fonction du volume d’air à chauffer. Un autre critère est le niveau d’isolation du local concerné. L’énergie est un aussi critère important. Pour finir, le type de chauffage, à adapter en fonction de la configuration du chantier ou de l’atelier.

Le volume d’air à chauffer

Les dimensions de l’espace à chauffer déterminent la puissance de chauffe de l’appareil à se procurer.

Cette puissance est exprimée en watts. Elle est à adapter en fonction du volume en m3 de l’emplacement à chauffer.

Pour faire simple, vous disposez d’une règle de base. Il s’agit de la corrélation puissance en watts par mètres cubes à chauffer. Voici ce qui est préconisé en ce sens :

  • 1m3 d’air à chauffer = 40 watts de puissance de chauffe.

Pour faciliter encore plus le calcul, on peut parler de puissance de chauffage par mètre carré. Pour ce faire la hauteur de référence du local est de 2,5 m sous plafond. Pour cette raison, cette référence est à prendre avec précaution. Pour un local lambda donc (2,5 m de hauteur), voici la formule à retenir :

  • 1 m² de surface à chauffer = 100 watts de puissance.

Ces valeurs référence correspondent à un local moyennement isolé. Ajoutez 15 % de plus pour un local mal isolé.

Les sources d’énergie des chauffages d’atelier

Il existe trois sources d’énergie pour les chauffages d’atelier :

  • l’électricité ;
  • le gaz ;
  • le fioul.

Pour faire le bon choix, il faut prendre en compte leurs caractéristiques et contraintes. De même, il faut qu’elles soient adaptées aux particularités de l’espace à chauffer.

Les chauffages d’atelier électriques

Peu encombrants et pratiques à utiliser, les chauffages d’atelier électriques s’adaptent à plusieurs configurations. Leur puissance varie de quelques centaines de watts à plusieurs milliers.

Lorsqu’ils sont puissants, ils doivent être alimentés avec un courant triphasé de 380 V. Ils peuvent être branchés sur une prise secteur adaptée à cette puissance ou sur un groupe électrogène.

Certains prennent la forme de tubes radiants, comme c'est le cas des réglettes infrarouges et sont à poser, le châssis étant réglable. Ils peuvent aussi être fixés sur un mur.

A air pulsé, ils disposent d’un tube cylindrique, et sont montés sur roues pour les plus lourds. Leur tube est réglable pour pouvoir diriger le flux calorique à la direction souhaitée.

Les chauffages d’atelier à gaz

Ce type de dispositif, fonctionnant au gaz butane ou propane, est décliné sous forme de :

  • panneaux radiants ou braséro, à fixer sur une bouteille de gaz ;
  • canon à air pulsé, pour chauffer des volumes plus grands.

Les premiers sont conçus pour les espaces plus modestes. Ils sont peux encombrants, sauf pour la présence de la bouteille de gaz. Ils ne sont pas adaptés pour les surfaces moyennes, à moins d’en disposer de plusieurs unités.

Les canons à air pulsé, plus puissants, sont destinés à chauffer des espaces plus grands. Ils sont à raccorder à une bouteille de gaz et au secteur afin d’alimenter leur ventilateur. Ils sont adaptés aux locaux de taille moyenne à grande.

Certaines précautions doivent être prises en compte lors de leur utilisation. La pièce doit être suffisamment aérée et ils sont interdits pour les établissements recevant du public.

Le chauffage de chantier au fuel

Parmi les chauffages de chantier existants, ceux au fioul sont les plus puissants. Ils sont aussi appelés canons à air chaud. Ils sont conçus pour une utilisation professionnelle et ils sont imposants en taille et en poids. Ils ont besoin d’électricité pour alimenter leur soufflerie.

Il existe deux types de chauffage de chantier au fioul :

  • A combustion directe, ils sont conçus pour le chauffage de locaux très grands. Ils ne sont pas autorisés pour les lieux recevant du public et nécessitent une bonne ventilation.
  • A combustion indirecte. Plus sophistiqués, ils sont aussi plus chers mais plus sûrs. En effet, ils disposent d’un conduit flexible servant à rejeter les gaz de combustion à l’extérieur. Ils peuvent être installés à l’extérieur, dans ce cas le conduit envoie l’air chaud à l’intérieur du bâtiment.

Les caractéristiques de fonctionnement et les options

Comme vu précédemment, les chauffages de chantier disposent de plusieurs caractéristiques et options. Voici les plus courantes et l’intérêt qu’elles représentent :

  • Réglage de la puissance de chauffe. Essentiel pour régler l’intensité calorifique du dispositif.
  • Réglage du débit de l’air. Utile pour une montée en température plus rapide par exemple.
  • Angle d’inclinaison ajustable. Important pour bien diriger le flux d’air chaud.
  • Présence de roues. Pratique pour le transport, concerne les appareils moyens et grands.
  • Longueur du câble. Indispensable pour ne pas être à court de fil tout de suite
  • Longueur des conduits et du tuyau de raccrodement. Pour les chauffages au gaz ou au fuel. A dimensionner en fonction des lieux.
  • Capacité réservoir et autonomie. Pour les locaux professionnels, une bonne autonomie est indispensable.
  • Système d’allumage. Manuel ou électronique, ce dernier est plus pratique et plus sûr.
  • Thermostat d’ambiance. Il permet un travail en autonomie, le thermostat pilote la coupure et le redémarrage du chauffage.
  • Protection contre la surchauffe. Dispositif de sécurité indispensable si vous ne travaillez pas à proximité de l’appareil.

 

Demandez votre devis de matériaux ici

 

 

Pour optimiser votre chauffage, vous souhaitez améliorer l'isolation thermique et phonique ? Découvrez nos guides dédiés à l’isolation thermo-acoustique. Une bonne isolation est un complément indissociable du chauffage.

Comment isoler un garage

Comment calfeutrer les portes et fenêtres

Comment isoler les murs

Comment isoler les plafond d'un sous-sol